Langage de l’éventail

11 Juin 2015 | Par | Catégorie: Les objets nomades, ça bouge

eventail_publicitaireLe langage très codé de l’Eventail 

Les demoiselles du  XVIIIe siècle, ne pouvant sortir sans être chaperonnées, mirent au point un langage afin de pouvoir communiquer avec leur soupirant.

Pas folles les guêpes !

L’art de se servir un éventail pour exprimer ses états d’âme, du badinage aux déclarations d’amour :

Des émoticônes avant l’heure !!!

Bailler derrière son éventail :                                        va-t-en, tu m’ennuies
Lever l’éventail vers l’épaule droite :                           je te hais
Abaisser l’éventail fermé vers le sol :                           je te méprise
Effleurer son œil droit de son éventail fermé :          quand te verrai-je ?
Faire signe vers soi de l’éventail fermé :                     j’ai tout le temps envie d’être avec toi
Menacer de l’éventail fermé :                                        ne sois pas trop audacieux
Soulever l’éventail de sa main droite:                         m’es-tu fidèle ?
Cacher ses yeux derrière son éventail :                       je t’aime
Proposer un éventail :                                                     tu me plais beaucoup
Cacher  son oreille gauche sous l’éventail fermé :     ne dévoile pas notre secret.
Porter l’éventail à son cœur :                                          je t’appartiens pour la vie.
Refermer très lentement son éventail :                        j’accepte tout
Le tenir dans la main droite face au visage :               suivez-moi jeune homme
Le tenir dans la main gauche face au visage :             je désire un entretien
Le poser contre l’oreille gauche :                                   je désire que vous me laissiez tranquille
Le glisser sur le front :                                                     vous avez changé
Le faire tournoyer de la main gauche :                        nous sommes surveillés
Le tenir dans la main droite :                                         vous êtes trop entreprenant
Le faire glisser dans la main :                                         je vous hais
Le faire tournoyer de la main droite :                           j’aime quelqu’un d’autre
Le faire glisser sur la joue :                                              je vous aime
Le présenter  fermé :                                                        m’aimez-vous ?
Le faire glisser devant les yeux :                                     je suis désolée
Toucher l’extrémité du doigt :                                         je désire vous parler
Le poser immobile sur la joue droite :                          oui
Le poser immobile sur la joue gauche :                        non
Ouvrir et fermer :                                                              vous êtes cruel
Le laisser pendre :                                                             nous resterons amis
S’éventer lentement :                                                        je suis mariée
S’éventer rapidement :                                                     je suis fiancée
Le poser sur ses lèvres :                                                   embrassez-moi
Ouvert immobile :                                                             attendez-moi
Le porter ouvert de la main gauche :                            venez me parler
Le placer derrière la tête :                                                ne m’oubliez pas
Avec l’auriculaire tendu :                                                 au revoir

Et un poème pour faire vaciller la Belle :

Éventail je t’agite
pour que battent tes ailes à l’envers,
voilier volant ,
Aux prières du vent,
Ton regard en doux vitrail,
pénètre la chair des murs,
soulève l’horizon de ses plumes
d’alouette, colore les saisons
de ses rythmiques de rivières !
Merci à Agnès Dubernet

 

Partagez!

              

Qu'en pensez vous ?